Coronavirus: les navigateurs en tour du monde s’adaptent.

La pandémie du Coronavirus a sévèrement remis en cause la saison de grande croisière 2020 dans le Pacifique et ailleurs.

La plupart des îles ont interdit la navigation et les marins ont dû s’adapter rapidement au confinement à bord, sans pouvoir se déplacer.  Les mesures de confinement ont été prises alors que de nombreux voiliers étaient déjà partis pour la longue traversée de Panama ou du Mexique vers les Galapagos puis la Polynésie.

Marine Traffic Pleasure Craft Movement in the South Pacific – 1 April 2020

Pink = pleasure craft – most sailing from Panama towards French Polynesia, up to date as at 12:00, 1 April 2020

Quelles solutions pour les voiliers arrivant en Polynésie ?

Le Département Polynésien des Affaires Maritimes a mis en place des règles strictes.

Les navires actuellement au mouillage en Polynésie française sont autorisés à y rester avec interdiction de toute navigation.

Les consignes de confinement pour la population à terre s’appliquent de la même manière pour les personnes à bord de ces navires.

Les navires actuellement au mouillage ou en cours de navigation sont admis à faire escale à PAPEETE sauf dérogation spécifique.

Les bateaux qui arrivent doivent gagner Papeete si possible directement mais une escale aux Marquises peut être accordée. Ils peuvent ensuite repartir après s’être approvisionnés en nourriture, eau, carburant ou bien rester en confinement sur place. Les formulaires de demande sont disponibles en suivant les liens ci-dessous

AUTORISATION D’ESCALE EN DEHORS DE PAPEETE & PROLONGATION D’ESCALE (57 téléchargements) >>

Peirre Yves Aubron - professional skipper

Pierre Yves Aubron – skipper solitaire bloqué aux Marquise sur un beau voilier. « Il y a pire. Lecture, musculation, et repas… voilà 85% de mon activité.  Plus de sommeil aussi. 😉 »

Vivre confiner à bord…

Nous avons recueilli les témoinganges de nos clients, amis et collègues à travers les différents archipels de Polynésie.

Nuku Hiva, Kevin Ellis Nuku Hiva Yacht Service

« Les bateaux arrivant en Polynésie doivent aller directement à  Tahiti.  Les escales dans les îles ne sont pas autorisées.  En cas de besoin d’approvisionnement les bateaux peuvent faire escale à Nuku Hiva en contactant 48h à l’avance le JRCC : [email protected] . 

Globalement tout se passe bien. On a eu quelques problèmes avec des bateaux français qui ne respectaient pas bien les règles mais sinon la plupart font de leur mieux.

 Les magasins sont bien approvisionnés et on n’a pas de pénurie de carburant en revanche le gaz risqué de venir à manquer.

Tikehau, Aline et Adrian de Tuamotus Kite School sur leur catamaran

« Il y a 10 voiliers dans le lagon de Tikehau, ils sont là depuis plusieurs semaines et ont le droit d’aller à terre pour s’approvisionner ou aller au dispensaire, il suffit de demander la permission par téléphone au maire ou à la police. Je ne sais pas vraiment comment est l’ambiance car on n’a pas eu de contacts à terre ou avec d’autres bateaux depuis 2 semaines. On avait fait un gros approvisionnement en provenance de Tahiti juste avant la quarantaine.

Du coup nous restons loin du village et des autres bateaux et nous sommes très heureux de passer du temps tous les deux et d’entretenir le bateau. Malheureusement on ne peut pas donner de cours de kitesurf ni même aller kiter nous-mêmes et nous ne savons pas quand nous pourrons reprendre l’activité. J’espère que toute votre famille va bien. Ca ne doit pas être facile pour votre entreprise non plus. Bon courage. »

Tuamotu Kite School
Tuamotu Kite School

Aline and Adrian run the Tuamou Kite School and are normally based in Fakarava South.  During the rainy season they explore the atolls and found themselves in Tikehau at the time of the lockdown.

Maupiti, Guy navigateur français, à bord de son catamaran

Confinés depuis 10 jours au mouillage dans un lagon (Maupiti Polynesie).  Ce matin un petit bateau local approche avec une famille à bord.  Ils accostent et après 3 mn de présentation à distance….  Il nous tendent un carton de fruits et légumes.

Après ces quelques jours parmi eux et le temps qu’ils faut pour nous intègres, arrive, la spontanéité la gentillesse, l’accueil et l’hospitalité du peuple polynésiennes.

En ce jour où certaines nouvelles nous soucient ce geste de générosité nous va droit au cœur.  Merci à cette famille et à tout ce village

Rangiroa, Eva et son mari navigateurs autrichiens à bord de leur catamaran

« Nous avons eu la chance d’être dans un superbe endroit quand l’épidémie est arrivée : à Rangiroa. Le mouillage est magnifique et il n’y a que 3 autres bateaux. Les policiers sont très courtois et gentils. Nous pouvons aller nous approvisionner (nous ne l’avons fait qu’une fois car nous avons des stocks à bord). Nous discutons de loin avec les autres bateaux mais dans l’ensemble c’est très calme.

L’eau est transparente mais on ne peut pas nager, nous nous contentons de petits plongeons autour du bateau. A 66 et 74 ans c’est déjà pas mal! Nous préparons de bons repas, des super petits-déjeuners, un petit verre de vin de temps en temps…

A part cela il y a toujours quelque chose à faire sur un bateau. Inventaire de la pharmacie du bord, nettoyage des fonds de tiroir…mais en général nous lisons et faisons des jeux sur l’Ipad. Nous avons une bonne connection internet mais nous ne l’utilisons que pour le mail, mieux vaut ne pas surfer sur internet pour éviter d’être pris de panique. »

Moorea, Ryan et Nicole de Two Afloat Sailing

« Bonjour David! J’ai appelé en VHF hier pour avoir une idée : il y a 7-8 bateaux à Maharepa coté reef , 4-6 à l’intérieur de la baie de Cook (dont 2 super yachts) et 12 bateaux à Opunohu.

Les voileux de Moorea se sont adaptés au confinement sans trop de difficulté. Il y a un appel VHF efficace et sympa tous les jours à 09h et 12h sur le canal 77, en Anglais et en Français, mené par SV Ubi. Tous les bateaux s’aident et s’organisent avec les autorités pour organiser la dépose des ordures et l’approvisionnement en eau des quelques bateaux dont le dessalinisateur ne fonctionne pas. Le Super U a des rayons pleins. C’est super tranquille ici sans les jet skis et le traffic habituel.

Il y a eu quelques incidents avec des locaux qui ne voulaient pas que des navigateurs viennent à terre mais heureusement c’est resté isolé. A part l’énorme crise du coronavirus tout va bien ici sur la côte nord e Moorea et nous espèrons que c’est partout pareil pour les navigateurs. »

Moorea, Yann, Maude et leurs enfants en catamaran

On se considère un peu comme des privilégiés ! … dès la fermeture des écoles nous sommes allés au mouillage, en face de la marina. 3 jours après les policiers passaient pour nous interdire de bouger … 

Donc vie au mouillage. Descente une fois par semaine pour les courses, les poubelles, une lessive et l’eau (petit souci sur le circuit basse pression du dessalinisateur), faire courir le petit, le faire grimper dans les arbres et lui faire faire du vélo !!!

Et comme tout le monde, on vit au jour le jour … malgré les interdictions plus ou moins logiques … sur Moorea, des enfants se sont faits verbalisés car ils se baignaient en face de chez eux !!! … peut-être étaient-ils avec d’autres enfants, je ne sais pas, mais bon … 

Jeux de société à gogo, nage, paddle, bonne bouffe, nettoyage de lagon (ramassage des déchets dans les nappes), V1 pour le grand en fin d’après midi discrètement … on laisse le foil dans sa housse ! »

Tahiti airport anchorage, Vincent, Leslie et leurs enfants en catamaran

« On est au mouillage de l’aéroport, et on profite des raies et des tortues. C’est bien calme maintenant qu’il n’y a plus d’avion! On va attendre patiemment que le confinement se lève d’ici 1 ou 2 mois, de toute façon, il n’y a pas grand chose d’autre à faire sachant que si j’ai bien compris on ne peut pas bouger du tout. »

Ryan and Nicole de Two Afloat Sailing

Ryan et Nicole …. Avant le confinement!!

Raiatea, Sami et Meira Tabell, navigateurs finlandais, à bord de leur monocoque au carénage

« Bonjour, Ia Orana! Comment ça va?  On a eu une semaine pleine de nouvelles interdictions

La semaine dernière nous commencions à voir approcher la fin des réparations du pont. Le chantier était fermé au public mais les équipes ont bien travaillé, mais avec le durcissement des restrictions le chantier a du fermer complètement. Du coup nous nous retrouvons à devoir attendre confinés au chantier avec une douzaine d’autres navigateurs dans la même situation. L’esprit d’entraide est fort et chacun aide les autres. On peut se déplacer à l’intérieur du chantier et utiliser les sanitaires et les douches…nous attendons patiemment la fin du confinement…. « 

Meira Tabell, ancienne coiffeuse et couturière sur son bateau au carénage de Raiatea. « J’ai refait les houses des sofas à la main car nous n’avons pas de machine à coudre mais ça va j’ai du temps… 🙂 »

[email protected] | +689 87 24 28 75 or +689 87 32 88 45